"L'activité d'autopartage est définie par la mise en commun, au profit d'utilisateurs abonnés, d'une flotte de véhicules de transports terrestres à moteur. Chaque abonné peut accéder à un véhicule sans conducteur, pour le trajet de son choix et pour une durée limitée." (article 19 du projet de loi Grenelle 2)

Une erreur est survenue dans ce gadget

18 mars 2014

Communiqué de la La voiture Autrement: Pour lutter à long terme contre la pollution, Gérard Collomb doit soutenir Autolib’ Lyon

Communiqué diffusé le 17 mars 2014



Gérard Collomb s’engage dans son programme aux élections municipales à développer les modes doux. A l’heure où la France est menacée de lourdes sanctions par l’Union Européenne pour manquements répétés à la mise en place de politiques efficaces de réduction de la pollution de l’air aux particules fines, il y a en effet urgence : Lyon est la troisième agglomération de France la plus touchée par les pics de pollution. Pour cela, Gérard Collomb incite notamment les électeurs à pratiquer « la voiture autrement ».
Flashback. « La Voiture Autrement » est le nom porté par l’association qui a lancé l’autopartage à Lyon, en 2003. C’est elle qui avait rebaptisé ce service Autolib en 2007, avant donc que Bertrand Delanoë ne choisisse ce même nom pour un service de véhicules électriques en libre service dans la capitale. Autolib’ Lyon est géré depuis 2008 par la société d’économie mixte Lyon Parc Auto (dont la ville de Lyon et le Grand Lyon sont co-administrateurs), qui lui a donné une formidable montée en puissance : il propose aujourd’hui 89 véhicules dans 34 stations de Lyon et Villeurbanne.
Comme toutes les formes d’autopartage de ce type présentes dans beaucoup de pays et dans la plupart des grandes villes françaises, Autolib’ Lyon permet de libérer de la voirie au bénéfice des modes doux (une voiture en autopartage remplace en moyenne 9 voitures particulières) ; il favorise l’usage de ceux-ci et donc contribue à  l’amélioration de la qualité de l’air. L’abonné réalise des économies substantielles, car il est libéré des frais liés à l’achat, à l’entretien, au stationnement du véhicule, et le carburant est inclus dans la tarification. Le service est très simple : l’abonné réserve un véhicule 24 h sur 24, par téléphone ou internet, dans n’importe quelle station du réseau, et choisit en fonction de ses besoins, une petite « citadine », un gabarit familial (jusqu’à 7 places), un utilitaire, voire un  véhicule pour personne à mobilité réduite. Le trajet est ensuite facturé en fonction de la distance parcourue et du temps d’utilisation. Le service est donc parfaitement adapté à des usages occasionnels de la voiture, lesquels sont effectués le plus souvent en boucle à partir du point de départ, que celui-ci soit le domicile, ou le lieu de travail, pour les abonnés professionnels. On ne perd donc jamais de temps à chercher une place de parking.
En 2013, le groupe Bolloré a diffusé ses voitures électriques en libre service à Lyon sous le terme de  Bluely, et offre un service différent. Bluely est fait pour des trajets courts, dans l’agglo, avec une ou deux personnes à  bord, et sans bagages. Les véhicules diversifiés d’Autolib ‘Lyon peuvent répondre aux besoins d’un artisan, d’une famille, pour des déplacements hors agglomération, acceptent les bagages et même les sièges-auto. Face au véritable enjeu qu’est l’amélioration de la qualité de l’air, les performances d’Autolib’ Lyon et de Bluely sont différentes. Les études attestent qu’avec l’autopartage de type Autolib’Lyon, en France et ailleurs, les utilisateurs abandonnent leur véhicule particulier, et utilisent prioritairement les modes doux – et pas seulement pendant les épisodes de pollution ! Rien ne dit qu’il en va de même pour ceux de Bluely ou Autolib Paris. Il semblerait au contraire, que certains utilisent la voiture électrique au lieu…des transports en commun, tout en conservant leur voiture !
Ces deux services ne jouissent pourtant pas des mêmes faveurs de la part du candidat Gérard Collomb. Celui-ci présente des objectifs ambitieux pour Bluely (1000 véhicules à l’horizon 2020), mais aucun pour Autolib’ Lyon. Monsieur Collomb, au lieu de proposer une heure de Vélov’ gratuite en épisode d’alerte à la pollution (alors que l’exercice physique en extérieur est déconseillé dans ces circonstances), proposez plutôt une offre découverte pour Autolib’ Lyon, et présentez pour ce service de mobilité durable des objectifs de développement à la hauteur des enjeux!
Pierre Le Goff, président de l'Association La Voiture Autrement

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget